Le rap de Kodjo

Un miracle

Mon témoignage – Partie 1 : « En quête de sens »

Mon témoignage – Partie 1 : « En quête de sens »
Préambule
Toi qui me lis, je te souhaite la bienvenue sur mon blog. Tu y trouveras mon actualité, et tout ce que je souhaite partager.
Rappeur chrétien, j'ai un désir de témoigner de ma Foi, par mes chansons, et mon parcours, pour le peu original, et se prêtant à un partage.
Je n'ai pas la prétention d'être un exemple, ni d'avoir de conseils à donner. Mais tout comme ma vie l'a connu, je suis convaincu que toute rencontre peut ouvrir un chemin, être une richesse.
Alors je te souhaite une bonne lecture, et prie d'avance pour toi, et toute personne qui lira ce témoignage, et qui voudra, si elle le souhaite le partager.

A) En quête de sens

C'est en 1978 que je vois le jour, en République Démocratique du Congo.
10 ans après, je pose le pied en France, dans la ville de Saint-Pathus, qui me voit grandir au rythme du rap des artistes tels que MC Solaar, ou encore Snoop Dogg, mes références de l'époque, qui restent encore aujourd'hui pour moi des modèles.

C'est à l'âge de 15 ans que je les découvre et je trouve cela magique. C'est par des mixtapes, et de la scène que je me commence à pratiquer le rap, dans un premier temps par le biais de reprises.

Je crois beaucoup aux rencontres, et celles que j'ai faites à l'université demeurent encore aujourd'hui très précieuses : Gilles et Greg, qui se font mes compositeurs. Je chante mes maux, mes délires, je ne me rends pas encore compte de l'importance des mots que je pose.
D'ailleurs, je ne me rends compte que de très peu de choses... et je me pose des questions. Dieu et les religions me passionnent, et je cherche, convaincu que quelque chose existe, mais ne connaissant absolument pas quelle est sa nature.

Je cherche et je me cherche.

Tout comme MC Solaar, je lis beaucoup, je me renseigne sur ce qui existe, et je rencontre des musulmans, des amadihas, des bouddhistes, des témoins de Jéhovah. Je vais jusqu'à lire des lectures ésotériques, rencontrer des diseuses de bonne aventure, et je deviens accroc à l'horoscope.
Une pensée me repousse, celle de la religion catholique, que je dénigre.

Je réalise en parallèle mon premier maxi, qui s'intitule « Mwana Mayi », et qui me permettra de passer à la télévision, dans la célèbre émission du Hit Machine, sur M6. C'est la concrétisation d'un travail, le début d'une carrière, celle de Kodjo, rappeur.
Un ami me présente un investisseur, en vue d'un album, qui me demande de coucher avec lui pour m'avancer l'argent. Ma déception est immense, et le projet s'arrête. Mon amour de la musique reste plus fort, malgré tout, et je continue à travailler.

Je sors un second maxi qui ne connaitra pas un grand succès, car je dois quitter la France pour partir à Londres.
Là-bas, ma vie prend un tournant. Il m'y arrive plus de choses en un an et demi que pendant toutes ces années passées à paris.

J'y rencontre des pentecôtistes et je découvre Jésus. Ma plus belle découverte, plus encore que la France, ou le rap, ce personnage me questionne et m'intrigue.

Lorsque je prends du recul, en revisitant mon histoire, je me rends compte qu'à cette période de ma vie, je n'étais pas serein, pas prêt à rencontrer Jésus, et beaucoup de mon histoire restait enfouie dans mon coeur, faute de ne pouvoir en parler.

En 2004, je tombe gravement malade, et rentre en France et j'y trouve un travail, à Roissy...
C'est en ce lieu que ma vie va basculer, comme je pourrai vous le raconter, une prochaine fois.